Lîle des esclaves  Index du Forum

Lîle des esclaves
Forum RP Yuri et Futanari / NC -18

IndexFaqchercherMembresGroupe S'inscrire Se connecter

[Archives] Naelinda

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Lîle des esclaves Index du Forum -> Zone de départ -> Fiches de présentations -> Présentations des Prothéennes -> Fiches des Prothéennes validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Les déesses
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 526
Date de naissance: 01/01/0001

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 17:56 (2012)    Sujet du message: [Archives] Naelinda Répondre en citant

Nom : Moore (dans une autre vie comme elle dit)

Prénom : Naélinda

Age : 27 ans physiquement / 85 en réalité

Avatar : By Luis Royo

Spoiler:



_______________________



Particularités physiques : Rien de bien significatif pour l’heure sinon son tatouage.

Capacités : Depuis son plus jeune âge, elle a pratiqué divers sports comme l’escalade, la gymnastique et le footing, ce qui lui permet d’être dans une forme olympique.
Formée depuis plusieurs années désormais au maniement de l’épée, elle sait également manier les armes à feu bien qu’elle le fasse beaucoup moins aujourd’hui.
Plus spécifiquement à son appartenance, elle a mis son savoir de chimiste au profit de la science d’ici pour créer toute une panoplie de drogue aux effets extrêmement divers et variés. On peut des drogues de sommeil, de paralysie mais également d’autres plus perverses ayant pour but d’être aphrodisiaques, il y a également la drogue d’augmentation mammaire ou la « drogue de l’homme » dont vous devinerez aisément l’effet je suppose. Pour utiliser ces drogues en combat, elle a toujours autour du bras un bracelet d’aiguilles d’acupuncture imbibées (chaque drogue se distinguant par une couleur) qu’elle peut aisément lancer d’un geste de main.
Plus récemment, un intérêt pour la mécanique l’a poussée à inventer quelques machines dont les effets ne sont rien de plus que purement pervers.

_______________________



Histoire :
Née en Angleterre voilà quatre-vingt-cinq ans de ça, Naélinda est née de deux parents à la profession pour le moins … exotique. Des chasseurs de trésor qui se disaient archéologues mais qui en réalité ne pensaient jamais qu’à leur richesse personnelle, d’ailleurs ils le reconnaissent eux-même, Naélinda n’était jamais qu’une terrible erreur de parcours. Aussi il n’y eut rien de vraiment étonnant à ce que la petite fille qu’elle était alors ne grandisse pas avec eux mais bel et bien avec ses grands-parents. Il n’y avait aucun mal à cela pour la petite fille, elle adorait ses grands-parents qui eux adoraient leur petite fille, aussi c’était comme une famille dans laquelle la petite Naélinda eut la chance de pouvoir grandir et s’épanouir. Son grand-père était un médecin et un chercheur de médecines qui devaient révolutionner son temps, disons plutôt qu’il jouait à imaginer des remèdes à tout et n’importe quoi, qu’il essayait sans jamais vraiment savoir quels seraient les résultats, il tâtonnait et rarement réussissait à ré-inventer un remède existant déjà pour soulager les maux de tête. Mais il était passionné et comme toutes les personnes passionnées, il est envoutant, sans comprendre un traitre mot du charabia médical et scientifique de son grand-père, Naélinda pouvait pourtant l’écouter des heures, le suivre, voir ce qu’il faisait et fatalement, se prendre au jeu. Elle essayait à son tour, avec lui, sous sa surveillance et cela traçait la voie à la petite fille qui ne pouvait imaginer devenir autre chose sinon médecin et chercheuse médicale. Ca ne fut pas facile, elle était une femme et dans un monde extrêmement masculin, elle peinait à s’imposer, elle n’y parvint jamais pour être sincère, les autres lui disaient qu’elle n’avait pas sa place et malgré ses efforts, on le lui laissait pas sa chance. Alors elle expérimentait au côté de son grand-père, puis au décès de celui-ci, elle décida de continuer d’expérimenter dans son laboratoire.
Mais son grand-père ne fut pas le seul à lui apprendre des choses simplement par son enthousiasme, sa grand-mère, était une inventeuse mais pas de génie. Disons qu’elle avait des idées parfois géniales mais qu’elle manquait cruellement de … savoir-faire. Elle était maladroite, gaffeuse, mais toujours débordante d’énergie, c’est elle qui insistait pour la petite fille faire du sport, même si la voir grimper dans les arbres n’étaient pas franchement pour lui plaire. C’est ainsi que naquit doucement le goût du sport chez la jeune femme mais aussi de l’invention, celui de ne pas se contenter des fioles et des molécules mais également de choses plus matérielles, plus concrètes. Et puis il y eut un drame.

Ses parents lui étaient presque des inconnus, mais lorsqu’ils moururent alors qu’elle avait vingt-et-un ans, quelque chose en elle changea, la poussa à se rapprocher de ce qu’ils faisaient, de découvrir qui ils étaient. Ils étaient surtout des fantômes, leur maison, où elle avait dû mettre les pieds deux fois, était presque vide, les meubles poussiéreux comme si jamais ils n’étaient venus, pas de notes, peu de photos, pas grand chose sinon un carnet qui parlait de leurs voyages, leurs découvertes et ce qu’ils cherchaient encore. Abandonnant derrière elle sa vie vécue jusqu’à ici, elle se mit en tête de terminer les quêtes du journal, sans connaître trop rien de la géographie, des langues étrangères, elle décidait de se lancer en quête de ce qu’ils avaient cherché et elle terminerait par la quête qui leurs avait coûté la vie. Elle s’exécuta, sans se poser de questions, se lançant aveuglément et connu un premier échec particulièrement violent, la douce ne connaissait rien des armes, ni du comportement des autres chercheurs de trésor. C’est là qu’elle commença à s’endurcir, des sports plus physiques, des entrainements plus durs, la voie des armes à feu bien qu’encore balbutiantes à cette époque. Mais elle s’endurcit, tant physiquement que psychologiquement, ne se laissant plus marcher sur les pieds, elle s’affirmait, montrait les crocs et au besoin, ne se privait pas pour mordre. Finalement elle réussit les quêtes, les unes après les autres, trouvant les trésors que ses parents avaient cherché, cela lui pris six longues années, mais finalement vint la dernière. C’était une tribu indigène qui protégeait le trésor comme une relique sacrée des Dieux et c’était eux qui avaient tué ses parents, c’était sa dernière quête et après … Après elle aviserait. Elle ne pouvait se douter qu’il n’y aurait jamais d’après car au moment où sa main allait se poser sur le précieux objet, elle fut comme aspirée. C’était comme si le sol avait disparu et que quelque chose l’aspirait, elle tenta de s’accrocher en vain et finalement abandonna, consciente qu’elle ne s’en sortirait pas, croyant sa dernière heure arrivée.

Mais non, ce n’était pas sa dernière heure, l’atterrissage fut dur mais pas mortel, ce qui constituait à ses yeux un petit miracle d’ailleurs. Dans un réflexe venu de ses années de pilleuse de tombe, elle attrapa ses armes et avança dans une jungle étrange qu’elle ne reconnaissait pas. Un bruit attira son attention, sans plus de considération elle ouvrit le feu, tuant ce qui devait être une autochtone. Approchant de sa victime tout en s’inquiétant de son geste, elle baissa sa garde et rangea ses armes, seulement sa cible n’était pas morte. Trois balles dans le coeur et deux dans la tête, mais elle bougeait encore, elle se releva et avant que Naélinda n’eut la chance de faire quoi que ce soit, elle se retrouva incapable de bouger, comme paralysée, puis violée encore, encore et encore. Elle crut plusieurs fois mourir et certaine fois même qu’elle était morte, mais non, cela continuait encore et encore. Finalement son ennemie, puisque visiblement c’était ça, la relâcha et dans un rire sordide lui souhaita la bienvenue avant de planter une dague dans son coeur. Et pourtant … elle se réveilla quelques heures plus tard, bien vivante, étrangement trop vivante pour quelqu’un qu’on avait poignardé de cette façon. Reprenant son chemin, nue et armée de pistolets désormais vides, elle marcha autant qu’elle le put jusqu’à tomber sur une autre femme qui sembla la prendre en pitié. Elle l’amena avec elle, la remit sur pieds, tout en lui expliquant cet endroit, son fonctionnement et ce fut un choc. Que des femmes, maîtresse, esclave, magie, technologie avancée, ça faisait beaucoup trop pour elle, elle se renferma sur elle-même, prenant ses distances dans un petit laboratoire en bord de ville où elle reprit ses recherches. Son viol l’avait marquée, humiliée et cet endroit lui faisait peur, alors elle se protégeait par la solitude la plus complète, développant des drogues diverses et variées autant que des médecines, la technologie de cet endroit permettait un potentiel presque illimité !

Cela dura jusqu’à il y a deux semaines de cela. A nouveau, celle qui lui était venue en aide fut celle qui l’aida, la poussant hors de sa solitude, lui apprenant à se défendre arme à la main, à se défendre face à la magie … enfin tant bien que mal. Mais rien n’y faisait, Naélinda ne mettait pas le pied hors du territoire des Prothéennes. Alors l’autre changea d’attitude, moins sympathique, moins agréable, moins douce, elle se fit menaçante et ne provoqua chez Naélinda qu’un sentiment d’abandon et de trahison qui la fit sortir de ses gonds. Tout ce qu’elle n’avait jamais dit, elle le cracha au visage de cette femme venue à son secours, elle lui laissa entendre ses peurs de cet endroit, sa honte de ce viol, tout ce qu’elle avait sur le coeur et l’autre éclata de rire après l’avoir violemment giflée. Se tournant vers la sortie elle ne lui dit que ces mots « Tu as besoin de vengeance, qu’est-ce que tu attends ? Je ne veux plus te voir ou te parler avant que tu ne te sois vengée sur une de ces magiciennes de pacotille. Vas et violes-en une, humilie-là comme elle t’a humiliée et ensuite … Ensuite tu me reparleras et tu me diras si tu ne te sens pas mieux. »
Au jour d’aujourd’hui Naélinda ne s’est toujours pas vengée, le seul sexe qu’elle a eu fut bien consentant avec des femmes de technologie mais les mots de celle qu’elle voyait son héroïne mêlés à toute la colère qui la hantait désormais ne lui donnait qu’une envie : vengeance. Ensuite elle verrait, si elle a aimé, si elle veut recommencer, mais pour l’heure … vengeance.

Caractère :
Imaginative, c’est bien là le plus grand trait de caractère de la jeune femme, elle a toujours été imaginative et cela n’a été qu’en augmentant avec les possibilités que la technologie de cet endroit offre. Cette imagination quand elle se mêle à son obstination devient une arme puissante car avant d’avoir eu son résultat voulu, elle n’arrête jamais. Têtue et obstinée, elle peut attendre des heures à faire la même chose pour obtenir le résultat et si cela marche derrière son laboratoire, cela marché également dans la vie de tous les jours. Cela, forcément, l’a rendue extrêmement patiente, elle peut tendre un piège et attendre longtemps que quelqu’un y tombe, elle peut attendre très patiemment que l’ennemie lui montre sa faiblesse pour frapper, elle peut attendre très patiemment pour beaucoup de choses. Elle est quelqu’un de très amicale et d’ouvert, discuter avec elle n’a rien de sur-humain, un sourire, un bonjour et elle peut parler pendant des heures de tout ce que vous voulez, pourtant elle n’est pas outrageusement bavarde ni du genre à monopoliser la conversation, sa solitude apparente n’ayant rien de réel car elle adore le contact. Et quitte à parler de contact humain, elle aime le goût de la chair et si les relations consenties lui plaisent énormément, elle est prête désormais à dominer, elle ne veut que cela, surtout une magicienne, pour sa vengeance, pour laver le souvenir honteux de ce viol qui pendant plus de soixante ans l’a enfermée dans un laboratoire et sur un territoire amical. Elle a soif de vengeance et d’humilier et même si la méchanceté n’est pas forcément son fort, elle a en elle un souvenir puissant et extrêmement motivant mais sera-t-il suffisant ? Seul le temps pourra le dire.

Évolution : Je ne sais pas encore trop, mais pour lancer le personnage correctement, je pensais qu’elle pourrait se retrouver dominée (de façon totalement non consentie) par une Kerberienne. Cela la rendrait définitivement furieuse, après quoi il est extrêmement probable, qu’elle cherche à dominer la première Kerberienne qui passera à sa portée.

_______________________



Doubles comptes : /
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Oct - 17:56 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Lîle des esclaves Index du Forum -> Zone de départ -> Fiches de présentations -> Présentations des Prothéennes -> Fiches des Prothéennes validées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com