Lîle des esclaves  Index du Forum

Lîle des esclaves
Forum RP Yuri et Futanari / NC -18

IndexFaqchercherMembresGroupe S'inscrire Se connecter

[Archives] Meryl

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Lîle des esclaves Index du Forum -> Zone de départ -> Fiches de présentations -> Présentations des Kerberiennes -> Fiches des Kerberiennes validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Les déesses
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 526
Date de naissance: 01/01/0001

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 18:20 (2012)    Sujet du message: [Archives] Meryl Répondre en citant

Nom : Scarlett

Prénom : Meryl

Age : 21 ans en apparence / 62 ans réels

Race : Magicienne

Avatar :



_______________________



Particularités physiques : Rien de spécial hormis le signe distinctif des Kerberiennes

Pouvoirs :
• Meryl a le pouvoir de changer l'apparence, en effet, c'est une métamorphe. C'est à dire qu'elle peut à peut près changer tous les facteurs qui constitue son corps, comme la couleur de cheveux, celle de ses yeux et même la taille de sa poitrine, ce qui peut s'avérer intéressant lors d'ébats sexuels. Dernier atout, elle peut faire pousser un ou deux membres si cela s'avére necessaire. Elle doit, pour cela avoir toucher déjà une fois ce qu'elle désire. C'est à dire que si elle veut des cheveux rouges disont, elle devra avoir touchée une tignasse rouge dans son passé. A noté que ce don s'avère fatiguant et donc qu'elle l'utilise le moins souvent possible.
• Elle a également la capacité de contrôler la gravité des objets
La contrainte etant qu'elle ne peut faire graviter que deux objets maximums à condition qu'ils soient légers si elle veut tenir le plus longtemps possible. En cas de lourd objets, elle ne peut en faire graviter qu'un seul.

_______________________


Histoire :
Au fin fond d'une ruelle sombre, un linge bleu gisait sur la route enveloppant une enfant en bas âge. Celle-ci venait juste d'être lâchement abandonnée par ses propres parents tel un simple objet quelconque. Prédestinée à la mort un tel symbole d'innocence devrait être interdit, mais pourtant c'est bien ce qui s'est passé dans la vie de ce bébé. Une jeune fille passant dans ce coin obscure de la ville en compagnie de ses parents entendit les cris stridents du nouveau né. Curieuse, elle s’approcha du morceau de tissu, saisit délicatement l'enfant et décida de l'emmener chez elle. C'est suite à cet événement que l'histoire de Meryl l'ange déchue s'écrivit.

♣♣♣

Quinze ans passèrent après la découverte de Meryl, la gosse ayant été recueillie par une famille du nom de Harper. Elle ne pouvait que les considérer d'une gentillesse absolue du haut de ses huit petites années. Elle leur serait reconnaissante à jamais. Innocente et incertaine, elle pensait que la vie qu’elle menait était tout ce qu’il y avait de normal. Après tout, ces personnes lui avaient donné un foyer, ainsi qu'un prénom. Ce n’était pas rien. Mais malgré les belles apparences de sa situation, elle vivait telle une esclave, enfermée dans cette demeure et contrainte de travailler au service de la belle mère pour ne pas finir une seconde fois à la rue, dehors et sans pouvoir se restaurer. Meryl servait donc dans l'auberge d'à côté, faisant la plonge jour et nuit sans protester. Elle ne se plaignait jamais, ne connaissant personne ayant une vie différente de la sienne, n’ayant pas d’ami à qui raconter ce qu’elle vivait et personne ne daignant l’instruire. Elle était tout simplement ignorante de sa propre situation. La petite brunette n'irait pas à l'école, son destin la voulant séquestrer à jamais, telle une Cendrillon dans sa tour. Elle ne connaîtrait pas les joies de l’amitié et du soupçon d’aventure qu’elle désirait tant. Un matin comme les autres, en rentrant de son mois de travail à l’auberge, Meryl découvrit la villa dans laquelle elle avait commencé à grandir sous un aspect méconnaissable. Elle ne le savait pas encore, mais aujourd’hui, sa vie allait changer du tout au tout.


Il n'y avait rien de plus étrange que cette gigantesque baraque, morte pendant la journée. C'était un bâtiment qui menaçait de s'effondrer, délabré, noir, étouffé par la poussière qui entre, qui sort, qui entre, comme si elle dansait. Cet immense immeuble était au bout d'une impasse, comme abandonné à son sort. Mais cette habitation avait désormais un secret. En fait, beaucoup d'hommes connaissent ce secret, et ils en profitent bel et bien. Le jour, ils regardent cette baraque délavée, encombrée par les poubelles, sans grand intérêt. Sur une enseigne que seuls ceux qui sortent la nuit peuvent voir, des lettres lumineuses vertes clignotent : « searching for happiness », une flèche en dessous montrant l'entrée de la maison. Sommes nous vraiment à la recherche du bonheur ? Si oui, le trouverions nous dans cet endroit ? Le lieu était fait de pierre et de bois, une planche surplombait l'entrée, nommant le lieu : « One-eyed-Angel ». Angel-n'a-qu'un-œil. Pourquoi ? Ce lieu existe depuis longtemps si bien qu'on a oublié la signification d'Angel. Regrettable... Mais pourquoi vous parler d'un lieu à secret, si ce n'est pour vous le révéler ? Car One-eyed-Angel a un secret. C'était un lieu nocturne, se réveillant la nuit. Et les hommes aimaient y aller. La nuit, les lumières s'allument et la fête débutait. Chaque soir. Les hommes y trouvent leur bonheur, ou plutôt croient le trouver. Et les femmes … comment vous dire … y travaillent. En fait, One-eyed-Angel est un bordel ouvert depuis trois semaines, tout simplement. Vers 8 heures, l'enseigne s'allume en clignotant, et les hommes y sont attirés par le parfum féminin et envoûtant qui s'y cache. Enfin, cet immeuble semble sordide à l'extérieur, mais les hommes, une fois dedans, se sentent dans une atmosphère conviviale et sereine. Chacun, en arrivant, choisit sa compagne pour une nuit parmi toute celle présente dans le hall. Et pendant la nuit, qu'il soit marié ou pas, l'homme essaye de revivre les moments de sa jeunesse passée.

Les jeunes garçons aussi, bien que leur père leur ait interdit, courent, montent sur les poubelles et s'appuient sur le rebord de la fenêtre pour pouvoir rêver un peu. Mais ils n'ont que douze ans, ils ont encore cette innocence, cette ignorance, qu'ont perdus les adultes. On a toujours dit que la femme était une tentatrice, un fléau, un démon qui fit que les hommes n'étaient plus des dieux sur Terre. Ève offrit la pomme à Adam, Pandore est une vengeance destinée à Prométhée, et la femme est pleine de fantasmes que l'homme veut apaiser. Voilà pourquoi il va au One-eyed-Angel. Pour vivre avec ce qui l'a détruit. Que des machistes par ici.



Mais revenons à notre impasse, à ce One-eyed-Angel et à l'histoire de Meryl, encore choquée de sa découverte. La jeune fille rentra donc dans la maison pleine de vie à cette heure-ci et fila à l’étage demander le pourquoi du comment à ses parents adoptifs. Bien évidemment, elle eu beau chercher, elle ne les trouva guère et la gérante du bordel lui tomba malencontreusement dessus. Elle lui expliqua qui elle était, et la femme un rictus découvrant sa parfaite dentition lui suggéra de monter au grenier. Là haut, tout ce qu’elle découvrit resta à jamais graver dans son esprit d’enfant. Les deux anciens patrons de l’auberge l’ayant hébergé pendant de nombreuses semaines étaient tout deux allongés sur le sol poussiéreux de la remise, côte à côte, endormit à jamais en plein milieu d'une flaque rouge d'hémoglobine. La jeune enfant, ne sachant rien de la mort, tenta en vain de les réveiller. Elle resta ainsi, des jours entiers assise à les regarder sans manger la moindre nourriture, attendant qu'ils se réveillent. Les corps pourrissaient rapidement dans cette atmosphère lugubre, clos et les vaines tentatives de la fillette pour éloigner les insectes de ceux qui l’avaient recueilli échouèrent. Les fourmis, cafards et autres prirent possession des deux défunts. Deux jours plus tard, la gérantes entra au grenier et feigna la surprise. Puis elle menaça Meryl de la dénoncer aux autorités à moins qu'elle n'accepte de travailler au bordel. Faisant d'elle une chienne du haut de ses dix ans. Elle y travailla pendant deux ans, jusqu'à ce qu'une chose plutôt étrange ne se produise.

Un portail magique aspira la jeune fille et la gérante dans un autre monde. Une fois arrivé là bas, les deux femmes furent forcées de s'adapter. Etant Kerberiennes, elles travaillèrent leurs magies chacunes de leurs côtés. 50 ans de vie chez les Kerberiennes l'avait changée à jamais. Mais un jour, sur le champ de bataille, Meryl fut enlevée et ramenée chez les Prothéennes qui la vendirent comme esclaves chez diverses maîtresse.



Caractère :
Me décrire n’est pas une chose aisée je crois, mais je vais faire en sorte de réussir. Pour commencer, je suis quelqu’un d’assez facile d’accès, malgré les apparences. Je ne suis ni trop gentille, ni trop méchante, je me situe juste au milieu pour juger, c'est mieux, non pas que je sais agir exactement comme il faut, ça serait beaucoup trop prétentieux de ma part de dire ça. Disons que mes mauvais actes, sont égaux à mes beaux gestes. Je peux aussi bien cracher sur la tronche d’un type que je hais, que me jeter dans une rivière pour sauver une demoiselle de la noyade et si elle est vraiment canon j’appelle pas les pompiers, je fais les premiers soins moins même.

Vous l’aurez aussi compris, je ne suis pas du genre chaste et prude, mes formes et mon corps élancé me servent à attirer les femmes, j’en suis fière d’ailleurs, je ne promets rien d'impossible, je ne suis pas une fabulatrice, mais j’avoue être relativement dragueuse. J’aime plaire, est-ce un mal ? J’en doute, beaucoup font des choses bien pire que moi… sans doute est-ce un peu lâche de raisonner ainsi non ? Mais c’est ma manière de penser, pour me pardonner mes écarts. Là encore, il faut comprendre que je suis relativement volage, je ne crois pas au grand Amour et aux histoires d'âme sœur, je sais qu’un jour, je trouverais la partenaire idéale, mais ça ne sera pas ce Conte de Fées qu’on nous décrit dans les bouquins fantastique. Un jour, je serai peut-être amoureuse; avant ça, je compte bien profiter un peu. Oh je vous arrête tout de suite par contre, l’acte charnel n’est pas ce que je cherche principalement, j’aime juste jouer à séduire, le sexe, c’est une autre paire de manche, j’en parlerai après, il faut bien passer sur tous mes traits psychologique après tout. Pour en revenir à ce que je disais, je privilégie le jeu de séduction au reste, en bon Don Juan (si seulement Juan avait été une fille) que je suis capable d’être. Mais si je suis ainsi, c’est qu’il y a bien une raison.

Au fil de mon histoire, les femmes ont tous été les mêmes ou du moins, la plupart. Fourbe, manipulatrice, insensible et sadique. Alors, si elles pouvaient le faire, alors, pourquoi pas moi ? Du coup de temps en temps, quand je me lève du pied gauche, il m’arrive d’être plutôt méchante, je l’avoue. Mais attention, je ne suis pas QUE cela, je suis aussi quelqu’un d'intelligent, je ne vais pas vous inventer le remède contre le cancer tout de suite, c’est sûr, mais j’ai passé ma jeunesse entre bouquin, lits et milieux criminel… Mes amis, je les garde précieusement, comme des trésors qu’il ne faut pas perdre, fidèle en amitié, je suis prête à tout pour défendre mes proches, sans doute même à la pire des âneries. Le malheur de mes potes me rend moi aussi malheureuse même si je suis insouciante, je ne suis pas sans cœur, alors, je tente bien souvent de remonter le moral de ces derniers. J'ai plutôt un bon humour mais pas à la hauteur de tout le monde paraît-il. Je vais vous parlez des femmess, non pas de mon rôle de séductrice du dimanche, ou de fausse romantique, mais de mon comportement vis-à-vis d’elles. Même si j’avoue relativement jouer avec ces dames, je n’en reste pas moins très respectueuse, d’après moi, pas de femmes sans femmes, pas de vie sans elles.

Et pourtant, on me collera systématique une pancarte du genre "féministe" sur la tête, parce que je suis libertine sur les bords, parce que je suis volage, parce que je profite de la vie, parce que, tout simplement, je suis moi. De plus, longtemps on a considéré les femmes comme des fléaux. La preuve, c’est bien Eve qui a contraint Sire Adam de devenir mortel. Enfin, je crois qu’il est utile de parler de mes quelques zones d’ombres. Les gens que je n’aime pas le sentent d’emblée, je peux me montrer gentille avec certain, mais des fois, c’est trop, alors je deviens aussi cassante et cynique que possible, manipulatrice, joueuse, provoquante et agressive même. Mais c’est relativement rare, enfin je pense. Sans compter que pour que je haïsse quelqu’un, il faut qu’il me fasse un sacré coup bas. Je suis aussi imprévisible qu'intrépide donc gaffe à la vengeance Enfin, je tiens à ajouter que depuis quelques années, il m’arrive d’entendre des voix me conseillant différemment dans ma tête, et à cause de mon penchant pour l’alcool et la drogue… J’oublie certains événements comme ci comme ça et je parviens à me perdre dans des rues que je fréquente depuis trois quatre ans. Que voulez-vous ? C’est la fatalité de la vie. Je conclurais que mon but est de faire plasir au plus de femmes possibles.

Évolution : Pas d'idée fixe pour le moment

_______________________


Doubles comptes : Aucun
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Oct - 18:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Lîle des esclaves Index du Forum -> Zone de départ -> Fiches de présentations -> Présentations des Kerberiennes -> Fiches des Kerberiennes validées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com